Energie et Pauvreté: LAIE révèle un Cercle Vicieux et Intenble

(Paris) — 21 August 2002

"Aujourd'hui, 1,6 milliard d'hommes n'ont pas accès à l'électricité. 2,4 milliards d'humains utilisent encore les formes primitives de la biomasse pour cuisiner et se chauffer. Plus choquant, en l'absence de nouvelles politiques radicales, 1,4 milliards d'hommes seront encore privés d'électricité dans 30 ans. Ce n'est pas un avenir tenable", a déclaré aujourd'hui Robert Priddle, Directeur exécutif de l'Agence Internationale de l'Energie, en présentant un nouveau document: "Energie et pauvreté".

Le document révèle les résultats d'une nouvelle étude fondamentale réalisée par l'AIE sur la pauvreté en énergie, son ampleur, ses caractéristiques et ses tendances futures. Le but de cette analyse est d'apporter une information solide sur la pauvreté globale en lien avec l'utilisation de l'énergie, et de favoriser ainsi, grâce à une transparence accrue, de meilleurs choix dans la recherche de solutions.

L'étude constitue l'un des chapitres de la prochaine édition bisannuelle des projections énergétiques mondiales de l'AIE, le World Energy Outlook 2002, qui sera publié le 21 septembre 2002 à Osaka, au Japon. Les résultats de cette étude sont rendus publics dès maintenant en raison de leur pertinence eu égard au Sommet mondial des Nations Unies sur le Développement durable, dont l'énergie est l'un des thèmes centraux. Le sommet aura lieu du 26 août au 4 septembre à Johannesburg, Afrique du Sud.

L'AIE montre que quatre sur cinq personnes qui sont actuellement privées d'électricité vivent dans les zones rurales des pays en développement. Elles se concentrent dans l'Afrique subsaharienne et en Asie du Sud et du Sud-Est. Mais cette dominante rurale change. Au cours des trente prochaines années, la croissance démographique se produira dans les grandes métropoles du Tiers Monde. Ce glissement vers les villes réclamera de nouvelles et spectaculaires politiques dans le chef des gouvernements, des fournisseurs de services et des agences d'aide, parallèlement aux efforts requis pour améliorer le sort des pauvres dans les campagnes.

Un autre aspect de cette dimension énergétique de la pauvreté tient au fait qu'à travers le monde en développement, les pauvres recourent à la biomasse - le bois, les déchets agricoles et le fumier. Cette utilisation a des conséquences graves en termes de santé et d'environnement. Même dans trente ans, on s'attend à ce que la biomasse reste la ressource énergétique prédominante pour le chauffage et la cuisine dans plus de la moitié des habitations du monde en développement. Le nombre des personnes dépendant ainsi de la biomasse devrait augmenter de 2,4 milliards aujourd'hui à 2,6 milliards en 2030.

En l'absence d'un approvisionnement énergétique adéquat et à des prix abordables, il est quasi impossible de mener une activité économique productive ou d'améliorer la santé et l'éducation. Le résultat en est que les pauvres restent pauvres. "Il ne peut y avoir de développement économique sans une énergie sûre et abordable", a souligné Robert Priddle."

The document contains findings from a ground-breaking new study by the IEA on "energy poverty," its magnitude, characteristics and future trends. The objective of this analysis is to provide hard information about global poverty and energy use, seeking, through greater transparency, to contribute to better choices towards solutions.

The study is one chapter in the next edition of the IEA's biennial world energy projections, the World Energy Outlook 2002, due for release in Osaka, Japan on 21 September 2002. These findings from the study have been made available now because of their direct relevance to the United Nations World Summit on Sustainable Development, where energy is one of the central themes. The summit will take place from 26 August - 4 September in Johannesburg, South Africa.

The IEA notes that four out of five people without electricity currently live in rural areas of the developing world. They are concentrated in sub-Saharan Africa and South and South East Asia. But the emphasis is changing from rural zones to the booming urban areas. In the next thirty years population growth will be concentrated in the Third World mega-cities. This shift will require dramatic new policies by governments, utility companies and aid agencies, alongside efforts to improve the lot of the rural poor.

Another aspect of energy and poverty is that, throughout the developing world, the poor rely on "biomass" - wood, agricultural residues, and dung. This use gives rise to severe health and environmental impacts. Even in thirty years time, biomass is expected to remain the predominant source of energy for heating and cooking in more than half the homes in the developing world. The number reliant on biomass in this way is expected to increase from 2.4 billion today to 2.6 billion in 2030.


Without adequate supplies of affordable energy, it is virtually impossible to carry out productive economic activity or improve health and education. As a result, poor people remain poor. "There can be no economic development without secure affordable energy," said Robert Priddle.

Share

Latest articles